558 résultats

Peugeot 308

  • Succède à la Peugeot 307
  • Versions 3 et 5 portes, en hatchback et en break
  • Voiture de l'Année 2014
  • Première génération en 2007, deuxième en 2014
  • Large palette de motorisations essence et Diesel
  • La Peugeot RCZ en est dérivée

Introduite en 2007, la 308 succède à la 307, elle-même arrivée après la 306. Cette tendance aurait naturellement dû déboucher sur la 309 en 2014, mais certains se souviennent que ce chiffre avait déjà été utilisé dans les années 80. Et comme la gamme ne cesse de grandir, Peugeot a décidé de ne plus "additionner" de chiffres. De toute façon, l'affaire est complexe : le constructeur français s'est vu obligé de mettre en place une nouvelle numérotation pour ses monovolumes et SUV, avec un double zéro au milieu.

La première Peugeot 308

La première génération 308 est restée fidèle au concept de sa devancière : un hatchback un peu plus haut, une assise garantissant une belle visibilité et un habitacle axé sur le confort. Du moins pour ce qui concerne les modèles 3 et 5 portes et le break (SW). En 2007 est lancée une version à toiture métallique décapotable : c'est la 308 CC (Coupé-Cabriolet). Bien sûr, les passagers arrière sont un peu plus à l'étroit, mais au moins la toiture se range-t-elle joliment dans le coffre. Revers de la médaille : ce coffre a dû être agrandi, ce qui a alourdi la ligne élégante de la 308. Un problème auquel ont été confrontées les rivales de l'époque, songeons aux Ford Focus CC et Renault Mégane CC. La première génération 308 a bénéficié d'un léger lifting en 2011.

Peugeot RCZ

Peugeot a réutilisé la structure technique, le moteur avant et la traction avant de la 308 pour mettre au point un modèle biplace d'allure sportive : la Peugeot RCZ.

Deuxième génération 308

La seconde génération apparaît en 2014, en berline et en break. Le chiffre demeure identique, mais paradoxalement, le concept est totalement revu. En ce sens que la 308 est plus basse et plus légère. Cette tendance est entre autres due à la recherche d'une plus grande efficience (en carburant notamment). Surprise à l'examen de la planche de bord : le volant est tout petit et les compteurs sont surélevés. Cette formule avait déjà été introduite avec succès sur la Peugeot 208. Mais il y a plus : l'installation d'un écran tactile sur la console centrale (à l'exception de la version d'entrée de gamme, très dépouillée) était pour les ingénieurs l'excuse rêvée pour faire le tri dans la foison de boutons et interrupteurs. De quoi rendre à la 308 sobriété et élégance à la fois.

Quant à la 308 CC, elle n'a pas été remplacée et continue d'être commercialisée telle quelle.

Peugeot 308 : les motorisations

Sous le capot de la 308 se trouvaient à l'origine des propulseurs 4 cylindres uniquement : essence 1.4 à 1.6 Turbo et Diesel développant de 90 à 136 ch. Sur les modèles plus récents, l'assortiment a été étoffé et l'on trouve aussi des moteurs essence 3 cylindres turbo ainsi que des Diesel montant jusque 180 ch (308 GT).

Le choix ne concerne pas seulement les motorisations, mais aussi les transmissions : outre les boîtes manuelles, la 308 a toujours pu compter sur des transmissions automatiques comptant de 4 à 6 rapports. Elles s'appuient sur des technologies différentes, dont une boîte robotisée qui n'a pas été fort appréciée (et qui a même disparu en 2014).

De nombreuses rivales de la Peugeot 308

La liste des concurrentes de la 308 est longue. Quiconque envisage un achat d'occasion peut se tourner vers les Citroën C4, Renault Mégane, Opel Astra, Seat Leon, Skoda Octavia, Kia Cee’d, Nissan Pulsar, Hyundai i30, Toyota Auris, VW Golf, Mitsubishi Lancer, etc.

Acheter une Peugeot 308 d'occasion ?

On trouve déjà des Peugeot 308 d'occasion à partir de 4000 €, pour les exemplaires plus vieux évidemment. Une version presque neuve de seconde génération coûte vite 20 000 €, sinon plus. La toute grande majorité est de types berline et break ; la 308 CC est la plus rare. Et comme il est d'usage dans ce segment, plus de 80 % des modèles proposés en seconde main sont des Diesel.

Montrer plus